Vient de paraître: “Entre désirs et structures. L’usage cultuel de l’encens dans le taoïsme et la société chinoise contemporaine”

Article de Georges Favraud

En Chine, l’offrande d’encens forme le cœur de l’action cultuelle. Dans le taoïsme et dans les religions locales chinoises, ses volutes parfumées sont considérées former le support éphémère d’énoncés portant sur les souffrances et les désirs des personnes et des communautés, alors que ses cendres s’agglomèrent pour former la mémoire et l’identité du groupe. Autour de l’encens se nouent donc des enjeux de savoir et de pouvoir concernant la capacité des personnes et des localités à élaborer de manière autonome des discours et des interactions chargés de sens.

Dans un contexte de ferveur cultuelle post-maoïste et de développement patrimonial et touristique de masse, des interdictions de brûler l’encens se multiplient depuis le milieu des années 2000. Malgré leurs motifs variés de sécurité anti-incendie, de protection de l’environnement et de coût logistique, ils ont tous des impacts sur le dispositif rituel coutumier. Leur analyse, par le prisme des tensions qui se font jour entre désirs et structures, nous renseigne sur l’actuel « socialisme de marché à la chinoise » et sur certains processus contemporains de changement social.

Cet article est paru dans le cadre du numéro 70 de la revue Techniques & Cultures, qui rassemble les contributions d’anthropologues, d’historiens et d’archéologues portant sur de multiples époques et aires culturelles autour du thème : Matérialiser les désirs. Techniques votives

(sommaire : https://journals.openedition.org/tc/9361).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.