Sur les traces sensibles des rituels grecs : les multiples langages de l’historien des religions

Dans le cadre des Ateliers de l’IUF, conférence du 6 novembre 2018

Toulouse, Quai des savoirs, 18h-20h

Adeline Grand-Clément (Toulouse, UT2J/PLH-Erasme, IUF)

Pour communiquer avec les divinités, les Grecs pratiquaient des rituels, qui n’ont laissé que peu de traces ; la dimension sensorielle, en particulier, est désormais perdue. Il s’agit pourtant de l’une des clefs de l’efficacité de ces rituels. L’historien de l’Antiquité, pour accéder à cette part sensible des pratiques religieuses, doit donc mobiliser et croiser des données issues de différentes disciplines, qui ont chacune leur langage propre : archéologie et archéométrie, iconographie, philologie, etc., mais aussi expérimenter des formes de restitution neuves, qui s’écartent des habitudes de son champ disciplinaire.

Lien vers le programme des ateliers: http://www.irsamc.ups-tlse.fr/lesateliersduquai/index.php?categorie3/rubrique-3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search