Sur les traces sensibles des rituels grecs : les multiples langages de l’historien des religions

Dans le cadre des Ateliers de l’IUF, conférence du 6 novembre 2018

Toulouse, Quai des savoirs, 18h-20h

Adeline Grand-Clément (Toulouse, UT2J/PLH-Erasme, IUF)

Pour communiquer avec les divinités, les Grecs pratiquaient des rituels, qui n’ont laissé que peu de traces ; la dimension sensorielle, en particulier, est désormais perdue. Il s’agit pourtant de l’une des clefs de l’efficacité de ces rituels. L’historien de l’Antiquité, pour accéder à cette part sensible des pratiques religieuses, doit donc mobiliser et croiser des données issues de différentes disciplines, qui ont chacune leur langage propre : archéologie et archéométrie, iconographie, philologie, etc., mais aussi expérimenter des formes de restitution neuves, qui s’écartent des habitudes de son champ disciplinaire.

Lien vers le programme des ateliers: http://www.irsamc.ups-tlse.fr/lesateliersduquai/index.php?categorie3/rubrique-3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.