Fétiches : les choses-dieux et leurs humains en Afrique (et ailleurs)

Agnès Kedzierska Manzon, directrice d‟études à l‟EPHE, Titulaire de la chaire Ethnologie religieuse de l‟Afrique sub-saharienne, organise à partir du 7 novembre 2018 un séminaire le mercredi de 14h à 17h, à Paris, site MSH, 54 bd Raspail, salle 20.

Fétiches : les choses-dieux et leurs humains en Afrique (et ailleurs)
Si le regard porté sur les pratiques religieuses africaines n‟est pas le même de nos jours qu‟à l‟époque où l‟érudit des Lumières Charles de Brosses écrivit le premier traité consacré au culte des fétiches – « du terme portugais fetisso, c’est-à-dire, chose fée, enchantée, divine » –, ce culte semble toujours répandu au sud du Sahara. Les artefacts qui en
font l‟objet, aniconiques pour la plupart, reçoivent régulièrement des sacrifices sanglants. Ils sont donc dans leur majorité recouverts de plusieurs couches de sang coagulé qui rend leur surface poreuse et en fait « des choses divines » étranges et inquiétantes.
Pour examiner les fonctions de ces choses, leur statut et la construction de leur identité paradoxale dans et par le rite seront mobilisées plusieurs approches théoriques (anthropologie du symbolique et du religieux material turn, ontological turn, approche d‟inspiration phénoménologique et interactionniste). Cet examen se fera dans une perspective comparatiste
impliquant un détour obligé, au deuxième semestre, par les travaux portant sur les choses dieux manipulées sous d‟autres cieux (Europe chrétienne, Indes, Amériques, Océanie).
L‟accent sera mis sur la manière selon laquelle ces choses affectent ceux qui les côtoient et qui face et grâce à elles se constituent en des sujets accomplis et puissants, disposant d‟un prestige et des richesses tout à fait réels. Présences à la fois familières et insolites, en continuité plutôt qu‟en rupture avec leurs maîtres, elles fonctionnent dans l‟expérience de ces derniers comme des « personnes qui ne sont pas des personnes », selon
l‟expression d‟un des spécialistes que je fréquente sur mon terrain. Leur examen visant une meilleure compréhension des conceptualisations du divin au Sud de Sahara s‟achèvera ainsi naturellement par un retour critique sur les catégories de sujet/ personne et de l‟objet/ matière
dans leurs acceptions africaines.

Voir le programme: https://www.ephe.fr/Ethnologie%20religieuse%20de%20l%26%23039%3BAfrique%20subsaharienne/c3kedz18.pdf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.