« A la croisée des sens. Synesthésies et polysensorialité dans les sociétés anciennes : approche comparée », Workshop Synaesthesia

photo : François Jacquesson

photo : François Jacquesson

 

affSynaesthesia10_11sept

Présentation générale:

Nous avons lancé notre projet Synaesthesia par un workshop organisé à Toulouse les 10 et 11 septembre dernier sur le thème : À la croisée des sens. Synesthésies et polysensorialité dans les sociétés anciennes et contemporaines : approche comparée. Ce workshop rassemblait des antiquisants, des anthropologues et un neuroscientifique. Il s’agissait avant tout d’aborder le thème de la poly-sensorialité et de la synesthésie d’un point de vue méthodologique et de confronter, entre disciplines, nos outils et méthodes… pour aborder ces phénomènes.Il y a d’un côté l’usage que font les études littéraires du terme synesthésie, qui l’abordent comme un effet de style, relevant de la métaphore, et de l’autre celui, partagé par les neurosciences, qui l’envisagent comme une disposition du cerveau propre à chaque individu. L’objectif de notre atelier était justement de travailler à l’intersection de ces deux orientations a priori bien différentes.

Description des journées:

L’univers sensoriel des Anciens nous échappe largement, en raison de l’éloignement temporel et des lacunes documentaires qui rendent difficile tout effort de reconstitution du « paysage sensible » qui caractérisait ces sociétés disparues. Comment les Mésopotamiens, les Grecs, les Romains percevaient-ils leur environnement et surtout quelles valeurs attribuaient-ils aux couleurs, aux odeurs, aux sons, aux goûts, aux surfaces qu’ils touchaient ? Privilégiaient-ils certaines associations polysensorielles, en fonction des contextes et des pratiques sociales qui les réunissaient ?

Dans quelle mesure l’historien de l’Antiquité peut-il s’emparer des méthodes de l’anthropologue, en les adaptant aux spécificités du matériau documentaire dont il dispose ? Quels apports ou renouvellements les recherches expérimentales menées par les sciences cognitives sont-elles susceptibles d’apporter ? Les communications porteront prioritairement sur les sociétés anciennes, mais certaines concerneront d’autres sociétés extra-européennes contemporaines, de manière à créer les conditions d’un dialogue comparatiste. Cela permettra aux Antiquisants de prendre du recul par rapport aux catégories forgées par la science occidentale moderne, elles-mêmes influencées par le paradigme aristotélicien (notamment le découpage hiérarchique en 5 sens). Le comparatisme mis en œuvre sera différentiel et contrastif, puisqu’il visera à mettre en lumière les écarts existant entre les sociétés. Mais il aura aussi une valeur heuristique : on cherchera, au-delà des spécificités propres à chaque contexte culturel, à élaborer des grilles et méthodes d’analyse susceptibles d’être mises en commun, par-delà les frontières disciplinaires classiques. Pour nourrir la réflexion, trois orientations seront privilégiées :

-Le périmètre du sensible : frontières et interactions sensorielles

L’étude des théories et classifications indigènes au sein d’aires culturelles variées permettra de mettre en lumière les alternatives possibles au découpage aristotélicien : comment s’établit la distribution du sensible ? Quels sont les différents registres sensoriels identifiés ? Existe-t-il des interactions ou des formes de hiérarchie entre ces registres ?

-Transferts, croisements et interférences : du langage à la matière

En prenant appui sur des analyses linguistiques, on tentera d’interpréter la perméabilité des lexiques se rattachant à différents registres sensoriels. Selon une hypothèse avancée dernièrement par M. Bradley à propos du vocabulaire romain de la couleur, c’est parce que les couleurs sont associées à des objets/à des substances crédités de qualités débordant le champ du visuel (textures, consistances ou saveurs spécifiques, …) qu’elles se trouvent associées à d’autres données sensorielles. On portera donc une attention particulière aux matières dont les propriétés polysensorielles semblent jouer un rôle prépondérant dans l’expérience sensible de la collectivité, au point d’acquérir une valeur référentielle.

-Polysensorialité, mémoire et cognition

On envisagera le rapport qu’entretiennent les perceptions sensorielles avec l’intelligible et le monde invisible. Il s’agira notamment de dépasser l’opposition binaire sensible/intelligible, telle qu’elle a été mise en avant par les détracteurs du polythéisme et de « l’idolâtrie ». On analysera la construction de dispositifs mobilisant plusieurs stimuli sensoriels, afin de communiquer avec les entités divines. La multisensorialité mise en œuvre dans les actes religieux pourrait alors être envisagée comme une condition nécessaire à l’efficacité du rituel et à l’élaboration d’une mémoire partagée par la communauté des fidèles.

 

PROGRAMME

Jeudi 10 septembre, 14h-18h

14h : Adeline Grand-Clément (Toulouse Jean Jaurès) et Anne-Caroline Rendu-Loisel (Toulouse Jean Jaurès, Strasbourg), Accueil et introduction

Présidence Jean-Michel Hupé (CNRS-CERCO, Toulouse)

14h30-15h30 : Pierre Brulé (Rennes 2), Sanctuaire réel, sanctuaire imaginaire : quelle perception ? (monde grec). Discutante: Cécile Guillaume-Pey (Prague)

15h30-16h30 : Arnaud Dubois (EHESS, Paris), Les sciences des sensations à l’épreuve du terrain : le cas de l’Expédition anthropologique de l’Université de Cambridge dans le Détroit de Torrès (1898-1899). Discutant: Jean-Michel Hupé (CNRS-CERCO, Toulouse)

16h50-17h50 : Agnès Kedzierska-Manzon (Toulouse), L’obscurité et la double vue : les techniques de la métamorphose en pays mandé (Afrique de l’Ouest). Discutante: Amandine Declercq (Toulouse Jean-Jaurès)

Vendredi 11 septembre, 9h-18h

Matinée : présidence Jean-Pierre Albert (EHESS Toulouse)

9h-10h : Anne-Caroline Rendu Loisel (Toulouse Jean-Jaurès-Strasbourg), De la chenille qui criait. Présages akkadiens et poly-sensorialité. Discutante: Laurence Charlier (Toulouse Jean-Jaurès)

10h-11h : François Jacquesson (CNRS, Paris), Le corps de Dieu en fuite. Discutant: Jean-Pierre Albert (EHESS, Toulouse)

11h20-12h20 : Marie Parmentier (Toulouse Jean Jaurès), Du recours à la polysensorialité dans la littérature du Japon classique. Discutant: Georges Favraud (Toulouse Jean-Jaurès)

Après-midi : présidence Joël Candau (Université de Nice-Sophia Antipolis)

14h-15h: Arnaud Halloy (Université de Nice-Sophia Antipolis), “Paysage sensoriel”, “attracteurs perceptuels” et “significations incarnées”: trois concepts pour (re-)penser les rapports entre synesthésie, rituel et expérience religieuse (Brésil). Discutante: Corinne Bonnet (Toulouse Jean-Jaurès)

15h-16h: Béatrice Caseau (Université Paris Sorbonne), Liturgie byzantine et mémoire sensorielle. Discutant: Joël Candau (Nice-Sophia Antipolis)

16h15-17h40: Marine Carrin (CNRS, Toulouse) et Harald Tambs-Lyche, Musique, couleurs et effluves pour charmer les esprits serpents (nag) au Sud de l’Inde (avec projection et analyse d’une séquence vidéo)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search