Empreintes sonores Approches anthropologiques de la vie des collectifs par les sons. Séminaire mensuel coordonné par Laurent Legrain (UT2J, LISST-CAS) et Marie Baltazar (LISST-CAS)

Les sciences sociales ont généralement exploré les milieux sonores dans lesquels baigne l’homme par son versant le plus organisé et le plus valorisé: la musique. John Blacking, l’un des pères de l’ethnomusicologie, définissait la musique comme « du son humainement organisé ». Les ethnomusicologues se sont emparés de cette suggestion, élargissant considérablement, par leurs travaux, le contenu de la catégorie « musique » mais l’extrayant aussi d’un milieu sonore plus large qui nous traverse constamment : sons de la nature, prosodie du langage, « bruits » de nos
appareillages multiples. Dans ce contexte, la proposition symétrique de Blacking qui consistait à souligner que l’humanité est soniquement organisée est restée relativement peu investiguée. Or le bouillonnement intellectuel actuel des études sur le son (anthropologie du sonore, sound studies, biophonie) nous semble favoriser la reprise de cette proposition anthropologique à nouveau frais. Pouvons-nous réinterroger la notion du « faire communauté », les processus d’individuation et de. subjectivation, l’invisible initiation chère à Daniel Fabre, en choisissant le milieu sonore comme voie d’accès privilégiée ? Il s’agira, dans ce séminaire, de proposer un espace de travail à des chercheurs et à des étudiants de toutes disciplines prêts à parier sur la pertinence qu’il y a à reprendre, à partir de terrains et de sujets d’étude non nécessairement musicaux, une réflexion à
l’aune du sonore.

Au centre des questionnements que nous cherchons à articuler se trouve l’idée que nous apprenons à nous rendre sensibles, disponibles, à donner prises, à localiser certains sons dans le maelström que constitue le milieu sonore. Nous voudrions décrire le plus précisément possible les
processus de la vie sociale et les dispositifs qui président, de société à société, intentionnellement ou non, à une éducation de l’attention au sonore et à la construction des régimes de sensibilité sonore.
Nous voudrions comprendre comment ces régimes de sensibilité sonore se combinent avec d’autres régimes de sensibilité – visuel, tactile, olfactif – et deviennent des ressources, des appuis ou des supports dans l’apprentissage (de gestes techniques, de modes de comportements, d’idées et de valeurs), dans l’exercice du pouvoir, dans l’instauration de relations aux entités invisibles, dans l’éveil progressif de la conscience et de la connaissance de soi. C’est en nous appuyant sur une ethnographie minutieuse que nous entendons ainsi décrire au mieux les situations, attitudes, gestes et postures à travers lesquels le sonore contribue au devenir d’un collectif et d’une personne.

A nos yeux (ou plutôt à nos oreilles), la notion de milieu sonore mobilisée dans ce séminaire met encore l’accent sur ce que l’anthropologue Adam Yuet Chau appelle des « sensoriums », c’est-à-dire des environnements remplis de potentialités sensibles et en l’occurrence sonore. Nous serons

donc attentifs aux lieux, aux dispositifs, aux aménagements matériels dans lesquels les productions (sonores et sensibles) se déploient, ainsi qu’à la manière dont ces milieux nous travaillent, nous transforment. Les milieux sonores sont-ils produits intentionnellement ? Sont-ils ou non contestés ?
Remettent-ils en cause ou renforcent-ils les délimitations usuelles par lesquelles les collectifs humains prennent corps ? Dans cette perspective, nous serons également soucieux de prendre en considération le rôle joué par les innovations techniques de production, de captation,
d’enregistrement du son dans la transformation profonde des régimes de sensibilité au sonore et dans l’intensification du bain sonore dans lequel les sujets humains sont immergés.
Au final, ce que nous proposons nous semble très proche de ce que l’ethnomusicologue Steven Feld appelait l’acoustémologie, néologisme fondé sur la fusion d’acoustique et d’épistémologie, soit un mode spécifique de connaissance et d’être au monde qui passe par le son.
Nous proposons de faire le pari de sa pertinence dans le champ des sciences sociales.

PROGRAMME

7 décembre – 10h30-12h30 – MDR salle à préciser
Le souci du silence. L’habiter monastique chez les bénédictins.
Derek Whitaker (UT2J-étudiant en master)
Un autre son de cloche : expérience sonore et sensorielle des pratiques d’élevage.
Théo Lebouc, Mathile Pustoc’h, Marthe Touret (UT2J-étudiant.e.s en master)

2 novembre – 10h30-12h30 – MDR salle E323
Paysages ou empreintes sonores ? A propos du bourdonnement des collectifs.
Laurent Legrain (LISST-CAS)

18 janvier – 14h-16h –MDR salle à préciser
« Le problème avec les sons c’est la musique ». Construction sociale et symbolique du devenir
musicien des organistes.
Marie Baltazar (LISST-CAS)

8 février – 10h30-12h30 – MDR salle E323
Perceptions des sons : du laboratoire à la vie quotidienne.
Cynthia Magnen, Julien Tardieu, Pascal Gaillard (PETRA-Plateau d’Études Techniques et de
Recherche en Audition)

1er mars – 10h30-12h30 – MDR salle E323
Des sons qui donnent forme aux gestes.
Nicolas Adell (LISST-CAS)

5 avril – 10h30-12h30 – MDR salle E323
Du son au bruit. Perceptions sonores ordinaires dans une ville en Inde.
Christine Guillebaud (LESC-CREM)

17 mai 2019 – 14h-16H – MDR salle à préciser
Dans la fosse d’orchestre, juste avant le « la » : ethnographie d’une petite cacophonie.
Annie Paradis (LISST-CAS)

7 juin 2019 – 10h30-12h30 – MDR E323
Bilan et perspectives. Séance collective.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.