« Pierres puissantes », Workshop international, Paris INHA, 16-17 Juin 2017

« Pierres puissantes: approches comparées de l’usage de supports lithiques en contexte rituel »

Workshop international, organisé par Cécile Guillaume-Pey et Thomas Galoppin (Labex Hastec, LEM, CéSor)

Quand : 16 – 17 juin 2017 – INHA – Paris

Où : Institut National d’Histoire de l’Art, 2, rue Vivienne, 75002, Paris

Programme ; parmi les membres du projet-Synesthesia, plusieurs y participeront soit en tant que communicant, soit en tant que répondant (Cécile Guillaume-Pey, Adeline Grand-Clément, Agnès Kedzierska-Manzon, Anne-Caroline Rendu Loisel)

Ces pierres puissantes, qui respirent ou qui poussent, amènent à s’interroger sur la manière dont le rite parvient à déplacer les limites supposées du minéral et à le doter d’une efficacité extra-ordinaire. La pierre est un élément omniprésent dans de nombreuses religions, qu’elle participe à la monumentalisation des lieux de culte, pérennise l’inscription de textes ou matérialise divers agents non-humains, qu’il s’agisse de divinités, d’ancêtres, de héros ou de

mauvais morts. Supports épigraphiques, matériaux de construction, éléments d’ornementation ou corps divins, rochers, cailloux et galets, produits des carrières et produits des mines, du roc brut à la gemme précieuse, tout un monde minéral matérialise la relation avec les puissances surhumaines. Mais qu’en est-il des pierres d’exception qui manifestent une vie propre, celles qui s’animent ? Les témoignages antiques révèlent la pensée d’un minéral qui dépasse parfois le statut de matériau sans vie pour agir. Les mythes de métamorphose rappellent de fait que les
barrières entre le minéral et le vivant sont aisément franchissables aux puissances supérieures. En outre, certaines pierres naissent du vivant lui-même, tel le bézoard tiré d’un corps animal, qui possède quelques vertus médicinales et rejoint ainsi les pierres diverses, les cailloux précieux qui soignent, donnent la grâce, s’illuminent ou apportent la faveur des dieux. De même, dans de nombreuses sociétés contemporaines, les récits et les rites qui se déploient autour de certaines pierres témoignent de la porosité des frontières entre le vivant et l’inerte, le minéral, le végétal
et l’animal. Ainsi, lors de rites funéraires célébrés par des groupes tribaux de l’Inde, on parle de « faire fleur d’os » ou encore de « planter » des pierres qui reçoivent le nom d’un ancêtre auquel on attribue le pouvoir de faire croître les végétaux. Ces stèles dûment nommées, cajolées par les vivants, sont traitées comme des personnes lors des rites, recevant des soins comparables à ceux administrés au corps des nouveaux nés ou à celui des défunts. Ces processus
de personnification et d’animation de supports minéraux sont également à l’oeuvre dans les Andes où de petites pierres correspondant à des animaux pétrifiés miniature sont désignées par les expressions « ceux qui vivent » ou « ceux qui aiment ». Animés d’une volonté propre, ces pierres offertes aux hommes par des lieux puissants peuvent parfois même choisir de quitter la personne qui les entoure d’affection. Le merveilleux, dans la pierre, se manifeste de trois façons au moins : lorsque le minéral remet en cause les frontières du vivant et de l’inanimé, lorsqu’il possède
et transmet des propriétés extraordinaires, ou lorsqu’il manifeste explicitement l’action d’une puissance surhumaine.
Quels savoirs, quels discours sur les pierres expliquent-ils et conditionnent-ils la relation entre puissances et minéraux ? Quelles procédures rituelles sont-elles nécessaires pour doter – ou renforcer – l’efficacité de supports lithiques et contribuer à les animer ? Au sein de quels espaces et complexes d’objets s’inscrivent-ils et déploient-ils leur action ? De quelles images ou signes graphiques – pictogrammes, écritures, etc. –, couleurs et substances les recouvre-t-on afin de matérialiser une force agissante ? Car c’est de matérialité qu’il s’agit. Le thème connaît un regain d’intérêt ces dernières années dans l’étude des religions anciennes comme en anthropologie et il nous
apparaît essentiel d’y participer en interrogeant ensemble des pierres d’exception dans des religions, dans des lieux et des temps différents. Ces pierres qui poussent, respirent, pleurent, chantent, aiment et portent les signes qui attestent une puissance en acte, sont ainsi étudiées par anthropologues et historiens au cours d’une journée et demi.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *