Séminaire 15 Juin 2017, 14h-18h

Jeudi 15 Juin 2017, 14h-18h

Maison de la recherche, salle E111

 AfficheDestréeLharidonJuin2017

 

Pierre Destrée (FNRS – Université de Louvain)

« ‘Aurore aux doigts de rose’. Esthétique et synesthésie chez Aristote »

Il s’agira d’éclaircir l’un des passages les plus étonnants d’Aristote : « Voici en somme à partir de quoi il faut opérer les métaphores: à partir de ce qui est beau ou bien par le son, ou bien par la signification, ou bien à la vue ou à tout autre de nos sens : il n’est pas indifférent de parler, par exemple, d’Aurore “aux doigts de rose” plutôt qu’ “aux doigts de pourpre” ou – pire encore – “aux doigts rouges” » (Rhétorique III 2, 1405b16-20).

La séance du séminaire insistera sur les trois points suivants : 1. Les « figures de style », pour Aristote, et en particulier la métaphore, n’ont pas pour but un supplément de sens, ou de signification. 2. Ces figures ont pour but de susciter des émotions. 3. En particulier, la métaphore tend à susciter des émotions en s’adressant à la vue, et plus généralement aux sens, et peut-être à plusieurs sens en même temps.

 

 

Béatrice L’Haridon (IUF – Université Paris Diderot)

« La perception des parents dans le sacrifice aux mânes, d’après le chapitre ‘Signification du sacrifice’ du Traité des rites (Liji, époque des Han) »

L’un des moments les plus importants de la vie religieuse et rituelle dans la Chine ancienne était le sacrifice aux mânes des ancêtres, incluant en premier lieu les parents disparus. Ce type de sacrifice présente la caractéristique de manifester à la fois la dévotion, cet esprit de « respect » (jing 敬) recherché par les ritualistes, et une forme d’intimité, permettant de renouer le lien avec les parents devenus mânes. Dès la dynastie des Han occidentaux 西漢 (206 av. J.-C.-9 apr. J.-C.) sont rassemblés et édités plusieurs corpus de textes rituels, parmi lesquels le Traité des rites qui, s’écartant d’un discours exclusivement descriptif ou prescriptif, développe une réflexion sur la signification de diverses pratiques rituelles.

La séance du séminaire sera consacrée au chapitre sur la « Signification du sacrifice », en examinant quel rôle ce texte accorde aux sensations, visuelles ou auditives, dans l’établissement, à différentes étapes du sacrifice, d’une intimité avec les parents disparus. Alors que le respect implique une recherche de perfection dans les formes extérieures du rituel, l’intimité en revanche suppose de développer une gamme de sensations que l’on pourrait qualifier d’« internes ».

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *