Un espace sensoriel sumérien reconstitué… L’exposition Ana Ziqquratim – Sur la piste de Babel (Strasbourg 2016)

P1030550

L’exposition « Ana Ziqquratim – Sur la piste de Babel » organisée à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg du 26 avril au 21 juin 2016 (http://pbabel.u-strasbg.fr/) retrace la genèse, dans l’ancienne Mésopotamie, des bâtiments à étages, en briques crues et cuites, que sont les ziggurats. La plus célèbre reste celle de la ville de Babylone, dont le nom s’est transmis au fil des siècles par la Bible notamment, sous le nom de « tour de Babel ».

Ce genre d’édifice plonge ces racines dans le néolithique oriental, mais c’est surtout tout au long du 3e millénaire av. notre ère, que ce modèle prend de l’ampleur. L’exposition s’appuie sur un long et important travail de recherche mené avec les chercheurs et étudiants de l’université de Strasbourg en Orient ancien (sous la direction de Philippe Quenet). De nombreuses maquettes (en taille réduite et réelle), des restitutions virtuelles jalonnent le parcours. Le temps d’une exposition, ces édifices majestueux reprennent vie et le visiteur est invité à pénétrer au cœur de ces temples disparus et d’en admirer tant les prouesses architecturales ou que l’éclat des couleurs qui les paraient.

Dans le cadre de cette exposition, Anne-Caroline Rendu Loisel a participé à la mise en place d’un « espace sensoriel ». L’objectif principal était de restituer les données proprement immatérielles et évanescentes que sont les effets sensoriels mis en jeu au cours des rituels qui devaient se dérouler dans ces espaces. L’enjeu méthodologique est important : par-delà les lacunes des textes, des représentations, ou de l’archéologie, comment rendre compte de ces effets tout en restant le moins éloigné possible de cette réalité à laquelle on n’a plus accès ? Les données fragmentaires qui concernent le troisième millénaire permettent cependant d’envisager, dans une perspective hypothétique, trois sources d’effets sensoriels :

– le sonore, avec les instruments de musique (comme la lyre d’Ur) ou la récitation de chants en sumérien.

– la lumière, celle naturelle et celle d’instruments du rituel

– les odeurs : celles produites en brûlant diverses substances au cours des rituels

Pour rendre vie à cette espace, Maialen Imirizaldu et François Duconseille ont mis en place un diorama qui reproduit la cella d’un temple du 3e millénaire av. J.-C. (cella dont l’organisation nous est connue par l’archéologie). Ce diorama met en scène les effets sensoriels créés au cours du rituel, garantissant la communication entre les hommes et les divinités.

Des torches et des brûle-parfums créent ici une ambiance lumineuse particulière autour de la statue de culte. En fond sonore, on peut entendre une reconstitution de la musique jouée sur une lyre (par Richard Dumbrill), semblable à celles retrouvées dans le cimetière royal d’Ur, ainsi que la récitation (par Antoine Cavigneaux) d’un hymne sumérien en l’honneur de la déesse Inanna. Enfin, l’expérience sensorielle est complétée par des odeurs de cèdre, de cyprès et de myrte (crées par Amandine Declercq et les Fées Bottées) : les textes de l’ancienne Mésopotamie nous rapportent que celles-ci étaient particulièrement aimées par les dieux. Utilisées dans les rituels, elles favorisaient la présence bienveillante des êtres divins au cours du rituel accompli.

Vue du Diorama (exposition ana ziqquratim, photo ACRL)

Vue du Diorama (exposition ana ziqquratim, photo ACRL)

P1030558 P1030561 P1030562 P1030564

Reconstitution de la celle du temple à Assur (exposition ana ziqquratim, photo ACRL)

 

 

À consulter :

Philippe Quenet (éd.), Ana ziqquratim. Sur la piste de Babel, catalogue de l’exposition, Presses Universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 2016. 288 pages, 276 illustrations (ISBN : 9782868209535 ; http://pus.unistra.fr/fr/livre/?gcoi=28682100742680).

catalogue


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *