“Du voir au toucher : Réflexions autour de la production d’images rituelles chez les Sora”, Séminaire Synaesthesia

Conférence donnée par Cécile Guillaume-Pey (IIAC, MQB)

Vendredi 18 mars 2016

14h-16h

Université de Toulouse Jean-Jaurès, Maison de la recherche, RE111

Séminaire mensuel du programme Idex Synaesthesia.

 

En Inde, l’importance du « voir » au sein des pratiques de culte hindoues a été abondamment soulignée. Caractérisée par son « extravagante profusion d’idoles », l’hindouisme, avec ces dieux multiples dont les images saturent l’espace, s’impose comme une religion éminemment visible. Les supports physiques du divin, qui peuvent être permanents ou éphémères, iconiques ou aniconiques, fabriqués ou non, se présentent sous des formes extrêmement variées : statues anthropomorphes, flamme de camphre, diagrammes, pots, pierres, arbres, etc. À cette grande variété de supports, répond celle des modes de leur appréhension et donc de l’articulation des rapports entre les acteurs humains, les images et les dieux, que l’on ne saurait en aucun cas réduire à un face-à-face caractérisé par un échange de regards (darshan) entre le dévot et la statue siégeant dans un temple. Les statues anthropomorphiques (murti), qui ont focalisées l’attention des historiens de l’art, sont loin, en effet, d’occuper une place cruciale dans les pratiques dites « populaires » où dominent largement des supports aniconiques. Il convient en outre de nuancer l’importance du « voir » lorsqu’on considère les modes d’appréhension des supports physiques du divin. En contexte hindou, le « croire » mobilise différents registres sensoriels et les statues ne sont pas seulement « vues » mais touchées, habillées, nourries. Ainsi, il ne s’agit pas seulement de « voir » mais de « prendre soin », et parfois de « jouer » avec les images divines. C’est à la lumière de ces réflexions qui nous invitent à élargir le concept d’ « image » et à questionner la centralité du « voir », que l’on s’intéressera aux peintures rituelles que les Sora, groupe tribal du centre-est de l’Inde, réalisent dans les habitations. A la différence des images vénérées dans les temples hindous, où le fait de voir et d’être vu par la divinité constitue un acte crucial, les peintures murales sora ne se laissent pas appréhender par le biais d’un « voir » constituant aussi une forme de « savoir ». On s’intéressera donc à la manière dont ces peintures murales sont appréhendées par les divers acteurs du rite.  Pour cela, il est impératif de resituer l’image au sein du complexe d’objets, de sons, de mots, de gestes, d’intentions et d’émotions dans lequel elle s’inscrit. À partir des images que les Sora fabriquent ou s’approprient, on s’interrogera en particulier sur les relations entre « voir » et « croire » en mettant en évidence l’importance, cruciale et médiatrice, des gestes et de la parole.AfficheCécileGuillaume

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.