« Ce que les couleurs font aux statues grecques : pour une lecture anthropologique de la polychromie »

Conférence donnée par Adeline GRAND-CLEMENT,

Lyon, 16 décembre 2015

dans le cadre du colloque « Les couleurs dans l’Antiquité », organisé par l’Université Lumière Lyon 2, UMR HiSoMa, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux (MOM).

Ce colloque clotûre un programme de recherche transversal de la MOM sur ce thème

Depuis 2009, Isabelle Boehm, professeur de linguistique et littérature grecques à l’université Lumière Lyon 2, membre de l’UMR HiSoMA – Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux (MOM), a organisé et animé, en collaboration avec plusieurs collègues de la MOM et de l’université, un thème de recherche transversal sur la couleur dans les mondes antiques et médiévaux. Durant cinq années, ce thème a fait l’objet de séminaires et de journées ou demi-journées d’étude.
Le présent colloque « Les couleurs dans l’Antiquité » clôture ce programme de recherche transversal MOM.
Il s’inscrit dans le cadre des manifestations organisées pour le 40e anniversaire de la fondation de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux (1975-2015).

Ce colloque, organisé par Isabelle Boehm et Bruno Helly, a permis d’aborder les multiples manifestations de la couleur dans les pratiques artisanales et artistiques antiques – dans une perspective prenant également en compte les évolutions sur le long terme, les prolongements et phénomènes de réception jusqu’au monde contemporain. Peinture murale et sur vases, sculpture et architecture, mosaïque, verre, tissus et teinture : le spectre envisagé était large.
Les communications ont notamment mis en lumière la matérialité de la couleur, la virtuosité des savoir-faire et les relations pouvant exister entre les différentes techniques, mais aussi la façon dont les sociétés antiques (monde égéen du IIe millénaire avant notre ère, Mésopotamien, Grèce archaïque, classique et hellénistique, monde romain) envisageaient le chromatisme et la notion de polychromie. Les questions de restitution auprès du grand public des avancées de la recherche ont également été au cœur des discussions : faut-il repeindre les statues ? Utiliser l’imagerie numérique et la réalité augmentée ? Attendre d’avoir davantage d’informations pour éviter de produire des restitutions erronées ? A l’évidence, il reste encore à faire pour améliorer les méthodes d’identification des pigments et des colorants sur les objets peints ou les tissus ; de plus, il est vain de vouloir restituer un « état originel » : c’est plutôt la vie mouvementée des artefacts colorés qu’il faut tenter de suivre et de comprendre, à travers le soin dont ils ont fait l’objet au cours du temps, entre mise en couleurs, décoloration et restaurations.
Le terme « synesthésie » a été employé à plusieurs reprises par Fritz Blakolmer, à propos du lexique grec mycénien et des traditions picturales de l’âge du bronze égéen. Il soulignait par là le fait que les termes que nous avons tendance à étiqueter comme « de couleur » renvoient aux jeux de lumière sur les surfaces, aux motifs, au mouvement, … Il ne considère pas qu’il s’agit de métaphore mais bien d’un mode de perception sensorielle différent de celui auquel nous sommes habitués. En témoigne aussi le fait que les couleurs utilisées sur les fresques ne visent pas à reproduire de façon mimétique le réel, mais disent autre chose des valeurs et caractéristiques prêtées aux éléments figurés. Je le cite : « A l’évidence, les Egéens de l’âge du bronze cherchaient à exprimerr, par leur choix des couleurs, plus d’informations et de traits caractéristiques de l’objet qu’ils représentaient que la seule apparence ‘réelle’ » (article « La couleur dans l’iconographie minoenne et mycénienne : formes artistiques et réalité visuelle », paru dans SMEA N.S. 1, 2015, p. 28).

Adeline Grand-Clément


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.