“Milieu et monde : l’approche mésologique de la perception”

Séminaire EHESS, 2e et 4e vendredis du mois de 18 h à 20 h (amphithéâtre François Furet, 105 bd Raspail 75006 Paris),
du 13 novembre 2015 au 10 juin 2016.

Augustin Berque, directeur d’études*
Luciano Boi, maître de conférences
Romaric Jannel, doctorant EPHE
Yoann Moreau, postdoctorant à l’IIAC (EHESS/CNRS)

Dans la mésologie (Umweltlehre) d’Uexküll, la question de la perception tient une place centrale, chaque espèce percevant le donné environnemental brut (Umgebung) d’une manière qui lui est propre, et constituant par là son milieu spécifique (Umwelt). Cette question centrale est directement liée à ce qu’Uexküll a baptisé Bedeutungslehre, l’étude de la signification, qui a fait de lui le précurseur de la biosémiotique, en même temps que sonUmweltlehre faisait de lui l’un des fondateurs de l’éthologie. Fortement influencé par Uexküll, Heidegger distinguera le niveau ontologique du minéral, qui est “sans monde” (weltlos), de celui du vivant, qui est “pauvre en monde” (weltarm), et de celui de l’humain, qui grâce à la parole est “formateur de monde” (weltbildend). De son côté, la mésologie (fûdoron) de Watsuji montrait que les différentes cultures humaines perçoivent et aménagent l’environnement naturel (shizen kankyô) d’une manière spécifique, élaborant ainsi historiquement chacune son milieu propre (fûdo), élaboration qui la structure elle-même dans ce “moment structurel de l’existence humaine” qu’est la médiance (fûdosei). Le problème de la perception apparaît ainsi intimement lié à la mésologie, donc aux notions de milieu et de monde.
Le séminaire entend renouer aussi avec la pensée de Merleau-Ponty comme de Simondon d’un côté, et avec l’écologie de la perception de Gibson de l’autre, en soulignant le rôle du mouvement dans la perception multimodale ainsi que l’importance de l’interaction entre la saisie corporelle de l’environnement et l’influence des propriétés de celui-ci. Nous tenterons de montrer que c’est cette interaction qui, en déployant un espace-temps singulier à partir de notre fondement terrestre, assure le développement de l’être et de sa relation signifiante au monde. De la physique à la psychologie, de la biologie à l’anthropologie, de la philosophie aux sciences sociales, de l’évolution des espèces à l’histoire humaine, de la vision bouddhique des divers niveaux de conscience jusqu’aux sciences cognitives, le séminaire approchera le problème de la perception par de multiplespoints de vue, pour rendre justice à sa complexité, mais avec le constant souci d’en tirer une interprétation unifiée par la relation entre milieu(x) et monde(s).

Renseignements : s’adresser par courriel aux responsables du séminaire.
Direction de travaux d’étudiants : contacter Luciano Boi par courriel.
Réception : contacter les responsables du séminaire par courriel.
Adresses électroniques de contact : berque@ehess.fr ; lboi@ehess.fr ; yomoreau@ehess.fr ; romaric6@hotmail.com.

Séances prévues en 2015-2016

13 novembre 2015
– Augustin BERQUE: Du cercle fonctionnel d’Uexküll à la trajection paysagère
– Victor PETIT: Des effets d’Uexküll sur Canguilhem, Merleau-Ponty et Simondon.

26 novembre
– Perrine MICHON: Gestalt, perception et relation au monde.
– Claire SOMAGLINO: La perception du milieu en Égypte ancienne au prisme de la toponymie.

11 décembre
– Jean-Baptiste BING: Mammifères à la recherche de la 3e dimension: mégaptère, roussette et humain.
– Léo MARIANI: L’odeur du durian en tant qu’odeur de mort, ou l’histoire d’une monde occidental.

8 janvier 2016
– Aurosa ALISON: La mésologie des éléments chez Gaston Bachelard.
– Fabrice MILLET: Itinéraires des perceptions métropolitaines.

22 janvier
– Cécile DOUET: Perçoit-on différemment l’espace selon la langue que l’on parle?
– Auguste NSONSISSA: La logique psycho-physiologique de la perception et de l’imagination.

12 février
– Marc-Williams DEBONO: Perception et plasticité active du monde.
– Yann NUSSAUME: Milieu et processus de conception architecturale.

26 février
– Isabelle CHARRIER: Lee Ufan, l’art en “mi-lieu”.
– Murielle HLADIK, ÔFUNE Makoto: Comment l’art contemporain permet un “détachement du regard”. La relation homme/objet (mono) et la transience (utsuroi) dans l’art, dialogue avec la matière.

11 mars
– Romaric JANNEL: Yamauchi Tokuryû et les doctrines du rien-que-conscience.
– Pascal MONTEIL: La représentation en Orient et en Occident: et le monde bascule.

26 mars
– Yoann MOREAU: Les résidus nucléaires: une perspective mésologique.
– IKEDA Yûsuke: L’expérience du monde ambiant. Réflexions phénoménologiques autour du concept de monde.

8 avril
– FANG Xiaoling: L’expérience corporelle comme processus préréflexif générateur de créativité du concepteur.
– Elsa BOYER: Le conflit des perceptions.

22 avril (exceptionnellement de 17 à 20 h)
– Luciano BOI : Des racines biologiques de la perception humaine à sa nature multi-dimensionnelle complexe.
– Ludovic DUHEM : Les milieux de la perception : éthologie et technologie humaines selon Simondon.
– Jean-Pierre LLORED : Perception, transaction et situation en sciences de la nature : Analyse mésologique des travaux de Peirce et Dewey.

13 mai
– Quentin BAZIN: Mondes et milieux, un enjeu esth-éthique.
– Jean-Michel WIROTIUS: La sémiologie des handicaps. De la perception des formes à l’évolution des fonctions réadaptatrices.

27 mai
– ANNIETHI: “Quelque chose gris”. La montée à la forme.
– Patrice BALLESTER: Le transhumanisme et la perception d’un monde pluriel à travers les mangas et animés.

10 juin
– Thomas VERCRUYSSE: Pour une mésologie de la lecture.
– Hugues ROLLAND: Lectures urbaines. Pour une alphabétisation de la ville et des paysages, les carottes sartenaises.

 

Georges Favraud


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.