“A propos de synesthésies culturelles”, Séminaire Synaesthesia

Séminaire Synaesthesia

Vendredi 20 Novembre 2015

14h-17h

UT2J, Maison de la Recherche, RE309

 

Lors de cette séance, nous vous proposons la lecture de deux articles, présentés et commentés par Jean-Michel Hupé (CERCO, CNRS, Toulouse):

– David Howes, Hearing Scents, Tasting Sights, conférence donnée à Oxford (2006)
– Diana Young, “The Smell of Greenness”, Etnofoor 18  (2005)
Une séance dense et riche, qui a permis de rendre compte des études les plus récentes dans le domaine des sciences cognitives (et Jean-Michel nous a signalé son article récent prouvant que les analyses par IRM destinées à déceler les bases « physiologiques » de la synesthésie ne sont pas convaincanteshttp://journal.frontiersin.org/article/10.3389/fnhum.2015.00103/abstract) , et de discuter de questions de vocabulaire (synesthésie, métaphore, perception, sensation,…). Difficile de résumer l’ensemble des points qui ont été discutés, mais ce soir je retiens:
-la sensation pure n’existe pas, toute perception est construite.
-la nécessité de préciser ce que l’on entend par « synesthésie » – et même de renoncer à l’employer quand il s’agit de phénomènes étudiés à l’échelle d’une communauté, afin d’éviter toute confusion possible avec l’objet étudié par les neuroscientifiques (qui concerne un individu, et est un mécanisme uni-directionnel d’un sens vers l’autre, qui se fait de manière arbitraire et automatique). .
-l’importance des processus d’apprentissage qui influencent les mécanismes de perception sensorielle (pas de déterminisme biologique!) > le rituel peut ainsi être étudié sous cet angle : comme le lieu de la création d’une mémoire partagée autour d’une expérience polysensorielle spécifique.
-réfléchir à ce que nous mettons derrière « les sens » ; les neuroscientifiques les associent nécessairement à des récepteurs. Aux 5 sens définis par Aristote on pourrait notamment ajouter la proprioception.
Merci encore à Jean-Michel ; la séance a montré à quel point l’interdisciplinarité ne s’improvise pas – elle se construit dans un échange de longue haleine, afin de créer un climat de confiance et d’intercompréhension… C’est l’objectif du groupe Synaesthesia !
Adeline Grand-Clément

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Corinne Bonnet dit :

    Merci Adeline pour ce CR bien utile pour ceux qui n’ont pas pu être présents. L’idée d’une mémoire sensorielle partagée par le biais des rituels, donc d’un apprentissage qui passe par ce canal, me semble très stimulante. Tu parles d’expériences “spécifiques”. Je crois qu’il ne faut pas forcément poser qu’elles sont spécifiques, mais s’interroger sur leur spécificité, mais aussi sur les recouvrements avec d’autres sphères d’expérience qui peuvent échapper en tout ou en partie au rituel.
    Voilà une petite pensée depuis Rome pour alimenter nos échanges synesthésiques à venir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.