« Khroa kalon : ce qui rend la peau désirable chez Homère »

Conférence donnée par Adeline Grand-Clément

 Laval, 13 novembre 2015

15h30-18h30

Organisée par la Société d’Etudes Anciennes du Québec, à l’Université Laval, Salle DK-5242 (Salle de conférences de l’IÉAM). Entrée libre. Renseignements : Pascale Fleury pascale.fleury@lit.ulaval.ca

 

Résumé :

L’ouvrage récent de D. Konstan a montré que, dans la tradition homérique, la notion de beauté se définit d’abord par une certaine capacité à susciter le désir et par une forme d’attractivité physique et sexuelle, qui met en valeur le corps humain. Il a aussi souligné le rôle joué par les dieux et l’importance des phénomènes lumineux dans la genèse du plaisir associé à la contemplation de la beauté.
 
Il s’agira, lors de la séance, d’explorer les aspects sensibles et la matérialité de la notion grecque de beauté, en portant attention à la peau, enveloppe du corps physique. Chez Homère, le khrôs est bien plus qu’une enveloppe de chair : c’est une composante importante de l’identité individuelle. Notre étude partira donc de la formule khroa kalon(reprise chez les poètes archaïques), afin de cerner l’origine et la nature de cette beauté épidermique. Cela nous amènera à interroger la relation vue/toucher, les propriétés sensibles de l’épiderme (couleur, uniformité, grain, souplesse), la relation beauté/lumière, mais aussi à considérer les pratiques cosmétiques grecques destinées à assurer son éclat (rôle de l’huile et des baumes).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.